Shop Forum More Submit  Join Login
About Digital Art / Student johnson johnsonMale/France Recent Activity
Deviant for 7 Years
Needs Core Membership
Statistics 521 Deviations 2,505 Comments 18,974 Pageviews
×

Newest Deviations

FAMAS F1 by Kouglov FAMAS F1 :iconkouglov:Kouglov 0 2 Mousse by Kouglov Mousse :iconkouglov:Kouglov 0 0 Biquette by Kouglov Biquette :iconkouglov:Kouglov 2 2 Clouds by Kouglov Clouds :iconkouglov:Kouglov 2 0 An old tale by Kouglov An old tale :iconkouglov:Kouglov 0 0 Liberty Bell by Kouglov Liberty Bell :iconkouglov:Kouglov 0 3 Higher by Kouglov Higher :iconkouglov:Kouglov 0 0 Tcherenkov by Kouglov Tcherenkov :iconkouglov:Kouglov 1 0 Soleil Bleme by Kouglov Soleil Bleme :iconkouglov:Kouglov 0 0 Tout en Haut du Monde by Kouglov Tout en Haut du Monde :iconkouglov:Kouglov 1 0 Feel the Fuel by Kouglov Feel the Fuel :iconkouglov:Kouglov 0 0 For the Engine by Kouglov For the Engine :iconkouglov:Kouglov 0 0 Au Poste by Kouglov Au Poste :iconkouglov:Kouglov 3 0 In the Air by Kouglov In the Air :iconkouglov:Kouglov 1 4 Pour le carbone et l'essence by Kouglov Pour le carbone et l'essence :iconkouglov:Kouglov 0 0 Line by Kouglov Line :iconkouglov:Kouglov 0 0

Groups

Watchers

deviantID

Kouglov's Profile Picture
Kouglov
johnson johnson
Artist | Student | Digital Art
France
Un revers dans son histoire ne signifie pas qu'une nation soit perdue

Youtube ; www.youtube.com/user/capitaine…
Twitter : twitter.com/kouglov1
Interests

" Et cette étoile-là-haut, pourquoi elle ne bouge pas ?""elle bouge, mais tellement imperceptiblement qu'on s'en sert comme d'un repère. Sa position fait qu'elle se confond pratiquement avec le pôle céleste de la terre"
La jeune fille regardait avec attention maintenant l'unique étoile du ciel qui semblait toujours rester à la même position.
Comme en défiance de l'univers tout entier, ancrée dans sa vie comme un repère indéboulonnable, quelque chose de perpétuel.

Quelque chose à quoi se raccrocher dans l'univers sans fin.
Une bouée de sauvetage.

Et le souvenir est puissant, tenace et presque réel.
Elle sentirait presque le souffle léger de la brise d'été si les vents monstrueux de la montagne ne semblaient pas lui arracher le peu d'énergie qu'il lui reste à chaque bourrasque.
Tout en haut du ciel, agenouillée dans la boue grisâtre et la lumière blafarde du dernier projecteur halogène.
Sans espoir de redescendre, contrairement à ce qu'il reste dans la mémoire vive de son ordinateur, se dit-elle.
Juste un dernier baroud d'honneur.

Devant le squelette antique d'une énorme antenne parabole comme figée à jamais dans la nuit noire se trouvait une petite antenne mobile reliée à une console qui gelait déjà.
Sous le plus beau ciel étoilé qu'elle n'avait jamais vu à ce jour. Ou plutôt le deuxième plus pur, la première place résidant toujours dans son cœur en cette journée de fin d'été sous des latitudes plus clémentes.

Sa main sert fort le Colt 1911 rouillé. Encore deux balles de calibre .45, une dans la chambre, et la dernière dans le chargeur. Elle le sait depuis le début, chaque cartouche comptera autant que les gens qui l'ont propulsée ici.

Elle trouve l'effort de relever la tête et le vent lui lacère le visage malgré son écharpe et ses lunettes cassées.
C'est sa main qui la fait le plus souffrir, le froid lui mordant les articulations avec véhémence.

" Ne comprends donc tu pas l'importance du royaume devant ta propre misérable existence ?"

Les mots avaient été lancés dans la nuit aussi blessant qu'une lame d'acier.
En face de la jeune fille, adossé à un rocher le protégeant un minimum des éléments, il continuait de la dévisager avec la même haine, la même perversité cupide que lorsqu'on l'avait "offerte" au nouveau souverain.

Et elle pouvait voir jusque dans ses yeux qu'il n'y avait plus rien d'autre que le vide animal de celui qui n'avais plus rien à gagner, mais qui décide de tout perdre par dépit.

"Aller, vas-y, tue moi ! tue moi petite conne, tu ignores ce que tu fais, et tu l'ignoreras toujours, tu ne pourra jamais gagner"

Non, pensa-t-elle, je ne pourrais jamais gagner, c'est peut être vrai.

"Mais j'ai des gens sur qui je peux compter"

Ses parents, qu'elle préféra se remémorer autrement que la dernière fois qu'elle les avais vus, sans pouvoir leur dire à quel point ils comptaient pour elle.
L’Épervier qui lui avait donné son matériel, et l'avais toujours encouragée à lire les manuels, si elle le voyais aujourd'hui, il serait fier.

la Comtesse qui lui avais permis d'accéder aux hautes sphères du royaume sans jamais douter qu'elle bousculerais son monde pour le rendre meilleur.

Cat et Murk qui reposaient maintenant sur les flancs de la grande montagne dans un silence que leur amour l'un pour l'autre ne pourrait jamais troubler.

Une larme sécha immédiatement en descendant au creux de ses fossettes.
Une perle luisante, étoile parmi le reste de la nuit.
Sa main de libre réussi soudain à se saisir du câble coaxial de l'antenne.

Le groupe électrogène soufflait ses dernières vapeurs d'essence, c'était maintenant ou littéralement jamais dans l'histoire de l'intégralité de l'espèce humaine.
Habitants de la troisième planète d'un système solaire quelconque.

Situé dans un bras d'une galaxie plutôt commune.
Dans un amas local des plus banals.
La température se faisait toujours plus agressive et elle avait l'impression qu'on lui clouait les doigts à mesure qu'elle réussissait à se traîner vers la console centrale.
Elle regarda par acquis de conscience le bas de son corps avant de regretter immédiatement son geste.
La tâche brune s'était étendue d'avantage.
Et elle avait froid, dieu qu'elle avait froid par ce petit bout de vêtement déchiré par ce maudit couteau.

comme un poison qui s'infiltrait en elle, rude et cruel, sans aucune possibilité d'en réchapper.

Un clic, et une explosion de lumière avant une onde de choc. La glace vole en éclat à quelques centimètre de sa tête si bien qu'elle trouve dans l'urgence l'énergie pour remonter la tête une fois de plus.
Voilà qu'il la fixe d'un troisième œil fumant comme un cobra braqué sur elle, la dangerosité à l'état pur mais elle devait aussi le reconnaître, l’ingénierie de l'espèce humaine dans toute sa splendeur.

"A trop vouloir être une personne qu'on est pas, regarde toi, t'es misérable, t'as jamais rien fait dans ta vie et partout où tu vas tu sème des cadavres"

Une deuxième explosion qu'elle vois de plein fouet cette fois-ci.

Le projectile siffle à ses oreilles et viens s'écraser derrière dans un bloc de roche qui éclate sous la pression.
La douille encore fumante tellement la différence de température est incapacitante s’enfonce dans la neige avec un bruit mat.

La jeune fille lève alors son arme et ajuste approximativement le canon du Colt 1911 dans la direction de son adversaire.
Juste une dernière fois, jugés par les cieux, deux haines qui se font face au firmament des étoiles.

Canon contre canon dans une danse endiablée au creux de la nuit en présence de vents polaires.

Elle tire. Deux fois.

Il tire. Une seule fois.

Les deux touchent.

Une douleur fulgurante la propulse sur le côté, c'est comme si on lui avait retiré la peau sur une partie de la tête. Un éclair de souffrance si puissant qu'elle a l'impression de voir une décharge de foudre zébrer le ciel.

Puis le silence s'enroule autour du vent.

Un bruit de bras qui retombe et de métal qui touche de la roche.
Allongée dans la neige, elle pivote la tête vers son adversaire.
Il tiens toujours son arme, mais il a l'air endormi par le froid.
Elle préférera se dire ça plutôt que d'affronter la vérité.

La jeune fille contemple l'arme vide dans sa main, la culasse bloquée en arrière et le canon menaçant comme avide de nouvelles vies à prendre semble vouloir lui intimer l'ordre de le réapprovisionner.
Elle le laisse tomber dans la neige, trop lourd désormais à porter.

Il s'enfonce légèrement et se couvre immédiatement de neige.
En portant la main à son visage elle retire son gant enduit d'un liquide quasiment noir qui gèle immédiatement.
Des étoiles dansent dans ses yeux mais elle sait très bien que ce ne sont plus celles du ciel.
Elle ramène le genoux droit au niveau de son ventre, reste ainsi quelques secondes, puis ramène la jambe gauche et glisse en avant d'un demi mètre.

Toujours ce câble à la main.

Elle répète l'opération jusqu'à arriver à la console où la douleur se fait si forte qu'elle s'allonge sur le dos.
Ne pas s'endormir, surtout ne pas dormir, c'est le plus terrible des pièges qu'elle avait eu à affronter.
L'halogène claque.
Elle voit l'ampoule s'éteindre et passer du jaune vif au rouge puis au néant complet.

Sans autre lumière que celle des étoiles.
Et l'indication fluorescente qui fait le tour de l'antenne.
Perdue au milieu des démons et des milliers de créatures de son imagination qu'elle pense marcher vers elle voulant la dévorer, la peur lui donne des ailes dans le chaos.
Elle agrippe le bout de son gant avec les dents pour le retirer, et le câble toujours dans la main, elle se place sous la console pour trouver le branchement qu'elle a eu le temps d'apercevoir avant que l'obscurité ne se fasse.

Elle trouve son dernier bâton lumineux qu'elle craque instantanément, lui apportant une lumière rougeâtre faiblarde mais suffisante pour travailler.

Malgré tout elle ne peu que constater que le ciel semble luire très légèrement, si bien qu'elle distingue tellement les étoiles qu'elle repère tout de suite l'étoile polaire.
Après deux essais infructueux, la prise du câble s'insère enfin dans son logement.

Les doigts gelés, elle agrippe alors à la console pour se soulever.

Ses jambes sont secouées de tremblements et la douleur au ventre reviens lui rentrer dedans, coupant son souffle et la laissant en état de choc.
Mais elle tiens debout.

Les mains agrippées à la monture de l'antenne.
A ce niveau elle n'a même plus mal aux mains tellement le froid l'anesthésie.
Elle sourit en découvrant à l'aura de la lumière rouge les instructions gravées sur le corps de la monture par l'épervier.
Alors son cœur semble s'arrêter.

Au loin, sur l'horizon, un point lumineux avance nettement plus vite que les étoiles.
D’abord peu brillant, il gagne légèrement en éclat à mesure qu'il parcours la voûte céleste.

Son cœur reprend sa course et s'accélère même.

Plus le temps d'avoir mal.

Comme électrocutée, elle se redresse soudain avec un entrain qu'elle sait lié à l'adrénaline.
Le groupe électrogène n'est plus le seul à tirer ses dernières réserves d'énergie.
Le sang lui obscurci la vue si bien qu'elle est obligée de fermer un œil.

Qu'importe, jusqu'à preuve du contraire, on a juste besoin d'un œil pour viser.
Elle sourit quasiment de sa blague.
Le point se rapproche de plus en plus.
Elle desserre les vis de réglage et le corps de l'antenne pivote maintenant dans la direction qu'elle veux.
Mais il y a plus important à faire.

Tournant une vis d’abord lentement puis avec une aisance de plus en plus assurée, elle relève l'axe principal de la pièce en T majuscule de la monture.
Enfin, un léger pivot de la base de la monture aligne parfaitement cette pièce avec l'étoile polaire.
Elle se souvient encore de cette nuit parfaite. "Le pôle céleste n'est pas aligné avec l'étoile polaire mais c'est quasiment pareil"

Un sourire de plus.

" ça suffira pour ce soir"

qui aurait pu penser que cette phrase traverserait les âges.
Elle resserre toutes les vis de la monture avant de la manœuvrer pour fixer la déclinaison, comme lui avait appris ses parents.
Déclinaison fixée.
Ne reste plus qu'une composante à régler de l'équation barbare.

Le groupe électrogène s'arrête dans un toussotement rauque.
L'unique LED rouge de la console faiblit mais ne s'éteint pas. La gégène a tournée suffisamment longtemps pour recharger les batteries.

Mais il n'y aura pas de deuxième essais.
De toute façon, il n'y en a jamais eu un de prévu.
La jeune fille place ses mains sur la dernière composante à régler de la monture à la lumière chimique du bâton rougeâtre elle cherche puis trouve enfin le chiffre.
Toute la monture tourne vers le ciel et s'aligne en un point bien précis.

La lueur qui traverse le ciel est maintenant tellement brillante qu'elle a l'impression qu'elle éclaire légèrement la scène.
Elle sait que c'est une illusion.
D'un geste précis, elle verrouille la dernière vis de la monture.
L'ascension Droite est correcte.
Elle ouvre l'ordinateur de la console.
L'écran à commencé à geler mais le centre reste lisible.
La batterie est faible et le froid n'améliore pas les choses mais elle avait déjà tout préparée avant même de gravir la montagne.

Le point lumineux du ciel est à la verticale.

Le plus proche possible d'elle.

Elle appuie sur la touche entrée de son ordinateur.

Opening...
Sending...
Acknowledge...

A 300 kilomètres d'altitude, un voyant est passé au vert alors qu'il semblait être en sommeil depuis plusieurs mois.
Même les hautes couches de l'atmosphère qui viennent lécher les 400 tonnes de la construction ne semblent rien pouvoir faire contre la propagation du signal, et ce même si la station semblait déjà commandée.

Un deuxième voyant passe au vert.

Retour à l'envoyeur.

Soudain, au sommet de la montage le sol semble trembler.
Un rugissement des enfers se fait entendre et quatre panaches de fumées d’abord blanche puis noire de suie semblent s'élever de l'opposée du sommet.

La jeune fille tombe à genoux au milieu d'une lumière intense.
Des projecteurs qu'elle n'imaginait pas voir s'allumer brillaient maintenant tout autour du sommet.
Et la plate-forme artificielle construire un peu plus loin semblait se réveiller d'un long sommeil.

Soudain le squelette se réveille. Une série de lampions rouges vif s'allument ensemble et brillent désormais vers le ciel.
Puis des moteurs colossaux prennent le relais à mesure que les groupes électrogènes emmurés dans la montagne prennent le relais.

Vibrants à l'unisson et crachant une fumée noire, elle les sens trépider et fournir l'énergie colossale pour bouger l'antenne.
C'est le moment de vérité.
la parabole géante pivote lentement degrés par degrés puis s'arrête dans un fracas puissant en faisant trembler toute son armature.

Quelques secondes passent.

Elle sens ses dernières forces l'abandonner comme un coup de poing. Et pourtant, ses jambes continuent de la porter devant le paysage qui se métamorphose.
Au loin, vers l'ancienne métropole, un spectacle qu'elle ne pensait plus jamais voir s'offre soudain à elle.
D’abord timidement un seul, puis deux, puis d'avantages de points lumineux apparaissent.

Des routes se dessinent sous la lumière des lampadaires qui distants de dizaines de kilomètres apparaissent comme autant de chemins brillants dans la nuit.

Puis l'éclairage tentaculaire s’étend tellement qu'elle devine qu'il fait fit des montagnes et des vallées et se répand comme un virus.Elle regarde la parabole.

Comme un virus.

Au loin vers l'horizon le point lumineux s’éteint progressivement comme si il avait compris que sa mission était accomplie.

Alors les larmes affluent.
En se tournant vers l'antenne géante elle aperçois une gravure sur son flanc.
Et elle sait instinctivement de qui elle est signée.
l’Épervier.

A genoux dans la neige, la jeune fille contemple son message.

Celui qu'elle sait adressée directement à son cœur.

Et au sommet de la montagne, alors que les vents se déchaînent et que son sang continue de s'enfuir dans la neige, alors que tout autour d'elle les chemins s'éclairent à nouveau comme pour éloigner les ténèbres une fois pour toute, alors que la voûte céleste projette ses milliards d'étoiles dans son esprit, la jeune fille s'écroule une dernière fois dans la neige.

les yeux rivés vers la parabole géante et sa signature.
La main sur le cœur.

Ascension Droite.

Friends

Comments


Add a Comment:
 
:iconkonrad22:
Konrad22 Featured By Owner Dec 27, 2015
Thanks for faving my The beast emerged from the trees!
Reply
:iconkouglov:
Kouglov Featured By Owner Dec 29, 2015  Student Digital Artist
you're welcome :3
Reply
:iconlimey-boy:
Limey-Boy Featured By Owner Dec 13, 2015  Student Digital Artist
Thanks for the favourite! :D
Reply
:iconkouglov:
Kouglov Featured By Owner Dec 14, 2015  Student Digital Artist
you're welcome :3
Reply
:iconchromini:
Chromini Featured By Owner Nov 27, 2015  Hobbyist General Artist
Je vais faire le tag direct sur ton mur car je suis genre quasi inactive sur dA, j'ai pas assez d'amis et voilà ! 

Facts : 
- Je suis Française et j'habite à Bruxelles depuis 1 an et demi (mais pas à Molenbêêêêêêk ;D) !

- Je me sens plus belge que française.

- J'habite à 1km de "Schuman"... Bon okay je recommence. J'habite à 1km du conseil, et de la commission européenne. Et j'y vais tout les jours car il y a une gare. (Ici www.google.be/maps/@50.8428432…)

- Je suis dans une école d'infographie, en option Game Animation. En gros j'apprends à faire des persos en 3D, à les animer et les intégrer dans Unity. Maya, ZBrush, 3D Coat, Substance Designer et Unity sont mes amis.

- J'ai oublié ma valise et ma sacoche de PC avec une tablette wacom et un DD dedans dans le métro de Paris en rentrant de la Japex... T_T

- J'ai un nouveau PC du coup, qui m'a coûté 1300€, la chose la plus chère que j'ai jamais acheté.

- J'habite au 4ème étage et j'ai pas d'ascenseur T_T

- J'ai un dossier Yaoi qui approche les 60Go et ce sont uniquement des scans.

- J'ai une licence LCE Japonais aussi tiens.

- J'aime pas la bière... sauf, les bières fruités comme la kriek, pêcheresse, framboise etc etc qui abonde en Belgique !

Et je vais m'arrêter juste à ça désolée car j'ai déjà mis un temps hallucinant à pondre mes 10 facts. ><
Tchuss
Reply
:iconkouglov:
Kouglov Featured By Owner Nov 28, 2015  Student Digital Artist
Aaaaaaw merci d'avoir participé c'est trop chou :3

hihi, j'ai beau vivre en France depuis toujours, je ressens la Belgique comme mon pays (oui j'ai des ancêtres belges lointains, en Flandre ! )

Hoooo tu fais de la 3D aussi *-* c'est trop bien ! Unity Powa :D
Moi je suis plutôt 3dsMax et Houdini pour faire des VFX ! 

J'aime pas non plus la bière trop amère x) 
Reply
:iconkouglov:
Kouglov Featured By Owner Nov 26, 2015  Student Digital Artist
aaaahahahaha ! ça faisait tellement longtemps qu'on m'avais pas tagué ! du coup ça me plait :D
Reply
:iconnaraxir-art:
Naraxir-Art Featured By Owner Nov 27, 2015
Ah, tellement bon hein! Tu voudrais pas voir star wars avec nous? (KV et moi on veut aller le voir aussi)
Reply
:iconkouglov:
Kouglov Featured By Owner Nov 28, 2015  Student Digital Artist
Je me dis pourquoi pas, mais la semaine de sa sortie, je part loin de la région parisienne pour quelques jours :x 

par contre, si vous voulez aller le revoir, ou même faire autre chose durant la première semaine des vacs, c'est avec plaisir ! 
Et j'organise une projection de films de zombie chez moi, wanna come ? :p 
Reply
(1 Reply)
Add a Comment: